actuel

Le prix Nobel de chimie a été décerné à Emmanuelle Charpentier et Jennifer A. Doudna, qui ont mis au point les ciseaux moléculaires CRISPR/Cas. C’est maintenant à la société dans son ensemble de décider si cet outil va nous apporter une contribution en définissant un cadre légal approprié aux applications des ciseaux moléculaires, indépendamment du fait qu’un prix prestigieux ait été attribué à sa découverte. (ASASGG, 12.10.20)

L'Argentine a été le premier pays au monde à approuver une variété de blé génétiquement manipulée. Un gène de tournesol a été inséré dans le génome du blé, ce qui augmenterait la tolérance aux pénuries d'eau. L'Argentine est le quatrième exportateur de blé au monde. Près de la moitié de ces exportations de blé sont destinées au Brésil. C'est pourquoi la licence n'entrera en vigueur que lorsque le Brésil aura délivré une licence d'importation pour le blé génétiquement manipulé. Toutefois, cela pourrait s'avérer difficile, car le Brésil applique actuellement une tolérance zéro pour le blé génétiquement modifié. (Inf’OGM, 12.10.20)

La fondation allemande pour la recherche a publié une prise de position demandant un changement de législation sur les OGM en Europe. Elle y souligne notamment que l’utilisation de l’édition génomique dans la sélection végétale n'est pas associé à des risques spécifiques. Testbiotech a critiqué le caractère unilatéral et le manque d'indépendance de cette déclaration : plusieurs des experts impliqués avaient eux-mêmes déposé des demandes de brevet dans le domaine du génie génétique. Certains des participants coopèrent également avec des entreprises agricoles telles que Bayer. (Testbiotech, 30.9.20)

Après le rejet de l'initiative «pour la dignité des animaux de rente agricoles» par le peuple suisse, son initiateur, le paysan de montagne Armin Capaul, envisage de lancer une nouvelle initiative. Outre l'interdiction de l'écornage des bovins et des chèvres, le projet de texte de l'initiative appelle également à interdire l'élevage de bovins et de caprins génétiquement modifiés. En outre, l'importation de ces animaux ou de leur sperme doit être interdite par la loi. (Schweizer Bauer, 8.10.20)

Patrick Hohmann est le fondateur de Remei, une fondation qui gère des projets de culture de coton biologique en Inde et en Tanzanie et garantit aux agriculteurs un revenu équitable. Hohmann explique dans une interview que les entreprises chimiques gagnent plus d'argent avec la culture du coton conventionnel que les agriculteurs et explique pourquoi un T-shirt en coton biologique est 30% plus cher à la production. (Youtube, 10.8.20)