actuel

Les donateurs influents ainsi que les organisations gouvernementales de développement investissent principalement dans la recherche pour l'agriculture industrielle - malgré les connaissances actuelles sur les immenses dégâts que celle-ci cause aux personnes et à l'environnement. C'est ce que montre une nouvelle étude. Par exemple, seuls trois pour cent des projets africains de la "Fondation Bill et Melinda Gates" - le plus grand investisseur philanthropique dans la coopération au développement dans le secteur agricole - soutiennent des approches durables et/ou agroécologiques. (Biovision / Schweizer Bauer, 10.6.20)

Sur demande de l'association allemande " Informationsdienst Gentechnik", l'Office fédéral de la protection des consommateurs et de la sécurité alimentaire (BVL) a révélé que la contamination de lots de semences de maïs par du maïs GM "Sweet Wonder" est plus importante qu'estimée au départ. Environ 13 millions de semences provenant du lot contaminé d'un sélectionneur américain ont été vendues à sept pays européens au total. L'enquête ne fait que débuter dans certains pays touchés. (Informationsdienst Gentechnik, 19.6.20)

L'Éthiopie est, comme de nombreux autres pays africains, le lieu d'une bataille autour de la règlementation des OGM. Dans de nombreux pays, les représentants des firmes de biotechnologie et des grandes entreprises agricoles sont soutenus par des représentants des ambassades américaines, l'aide américaine au développement (USAID) et d'autres institutions étrangères. La stratégie utilisée en Éthiopie est caractéristique d'autres pays africains. Elle consiste notamment à financer directement des instituts de recherche et des réseaux d'influence, à modifier le discours politique et à former de futurs scientifiques favorables à la technologie OGM afin de les placer, à terme, dans les institutions de régulation. (Ethiopia Observer, 17.6.20)

Le ministère de l'agriculture et de la protection des consommateurs de Floride a donné le feu vert à une dissémination expérimentale de millions de moustiques génétiquement modifiés dans les régions humides des Keys de Floride. Peu de temps auparavant, l'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA) avait également approuvé l'essai en Floride et un autre essai au Texas. Les opposants au projet exigent la convocation d'un groupe d'experts externes indépendants afin de garantir une évaluation objective des risques. (The Guardian, 17.6.20 / Boston Globe, 22.6.20)

En réponse à une proposition des membres du parti visant à modifier le cadre juridique sur le génie génétique, les groupes parlementaires des Verts au Bundestag et au Parlement européen se sont clairement prononcés contre la déréglementation des nouveaux procédés de génie génétique. "Nous sommes en faveur d'une réglementation responsable qui prend le principe de précaution au sérieux, protège l'environnement et donne également aux générations futures la possibilité de choisir", affirme le document adopté par les Verts au Bundestag. (Informationsdienst Gentechnik, 18.6.20)